Thursday, 25 June 2015 18:00

L’européanisation comme ressource politique

H. Caune, in Politique Européenne, vol. 49, no. 3, 2015, pp. 116-149

ABSTRACT

Les politiques sociales nationales sont traditionnellement tenues à l’écart des processus classiques de l’intégration européenne mais la crise de l’euro et de la dette souveraine dans certains États membres impose un renouvellement de l’analyse de l’influence européenne dans la définition de ces politiques publiques. Les accords négociés entre les exécutifs nationaux et la troïka (formée par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international [FMI]) constituent une nouvelle forme de contrainte, imposée par la gouvernance économique européenne, qui pèse sur l’orientation et la définition des politiques sociales. Cet article s’intéresse à la fois au contenu des politiques (policies), au contexte institutionnel dans lequel sont prises les décisions politiques (polity) et aux pratiques des acteurs et à leurs configurations (politics). À partir du cas des politiques de l’emploi et des marchés du travail au Portugal, l’article montre comment l’influence européenne a évolué en passant de la coordination des politiques de l’emploi, dans le début des années 2000, à la gouvernance économique à la fin de la décennie. Il souligne les effets de ces évolutions sur les processus politiques nationaux. L’article analyse une période de plus d’une quinzaine d’années en s’intéressant particulièrement à trois moments précis qui ont marqué les politiques portugaises de l’emploi: l’introduction du premier Code du travail en 2003 d’abord, puis ses réformes successives en 2009 et 2012. Ces réformes nationales correspondent aussi à des moments spécifiques de l’histoire des politiques européennes de l’emploi : la révision de la Stratégie européenne pour l’emploi (SEE) au moment du lancement de la Stratégie de Lisbonne sous l’impulsion de la présidence portugaise du Conseil en 2000, la définition du modèle de flexicurité dans le cadre de la révision de la stratégie de Lisbonne au milieu des années 2000, et, enfin, le développement d’une nouvelle forme de contrainte européenne sur les systèmes de protection sociale (particulièrement ceux des pays du sud) dans le cadre de la gestion européenne de la crise de la dette souveraine au début des années 2010. Cet article évalue précisément l’influence nationale de ces évolutions européennes. Pour analyser ces réformes nationales, il prend en compte le rôle des activités européennes des acteurs politiques nationaux.

The article is available at https://www.cairn.info/revue-politique-europeenne-2015-3-page-116.htm

 

Subscribe To Our Newsletter

Terms and Conditions


Twitter Feeds

This site uses cookies

for the operation of the platform and for statistics . Continue if you agree.

I understand